5 mai 2010

Stendhal, sur l'écriture

«  (…) Je suis profondément convaincu que le seul antidote qui puisse faire oublier au lecteur les éternels Je que l’auteur va écrire, c’est une parfaite sincérité. Aurais-je le courage de raconter les choses humiliantes sans les sauver par des préfaces infinies ? Je l’espère. (…) »

Stendhal, Souvenirs d’égotisme (1832)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Articles les plus consultés cette semaine